Un jour, un·e confiné·e : Quentin, étudiant en PRI 4

Après déjà 6 semaines de confinement, la vie des étudiant·e·s s’est adaptée. Comment s’organisent leurs journées ? Quelles sont les difficultés rencontrées ? Nous sommes parti·e·s à leur rencontre, à distance !

Quentin se sait chanceux, le confinement n’a pas bousculé son quotidien. C’est dans sa maison à Uriage, où il vit avec ses parents et son frère, qu’il passe ses journées. La forêt juste à côté et le jardin lui permettent de ne pas avoir le sentiment d’être enfermé, et de promener son jeune chien : “On peut prendre l’air quand on veut, ça fait du bien de pouvoir respirer”, nous explique l’étudiant qui termine sa 4ème année en filière PRI.

Continuité pédagogique à la maison

La fermeture de l’école ne signifie pas la fin des activités pédagogiques. Quentin et l’ensemble de sa classe ont pu suivre des cours à distance avec leurs enseignants via Discord, ou bien finaliser le programme avec des devoirs à la maison et des travaux de groupes. La capacité d’adaptation de l’équipe éducative a permis de finaliser le semestre : “dans l’ensemble, nos enseignants ont su nous permettre de continuer nos enseignements à distance malgré le confinement, et nous en sommes reconnaissant.” Seules des conférences avec des professionnels et un cours basé sur une visite d’entreprise ont dû être annulés. Mais si les professeurs s’adaptent, il faut aussi que les élèves suivent le rythme de leur côté. Pour Quentin, ce n’est pas un problème : “J’arrive relativement bien à travailler chez moi. Je reprends mes habitudes de PACES où j’étudiais beaucoup, tard le soir. C’est le moment où je suis le plus productif !”

Les cours terminés, ce n’est pas pour autant la fin de l’année, puisque les étudiant·e·s doivent faire un stage, et beaucoup profitent souvent de cette avant-dernière année pour le réaliser à l’étranger, et ainsi valider leur mobilité. Un projet rendu incertain par les conditions sanitaires actuelles, mais Quentin garde espoir : “On attends d’avoir des informations sur les dates de départ en stage, pour espérer pouvoir en faire un malgré le contexte”. Il a malheureusement dû refuser une proposition au Luxembourg, l’université ne permettant plus les départs des étudiant·e·s vers l’étranger pour le moment. Il attend ainsi avec impatience de pouvoir rechercher activement un nouveau stage pour cet été. Malgré les doutes, les étudiant·e·s savent que les conditions de validation de leur diplôme seront adaptées à la situation.

Garder le rythme, et le lien

Le futur ingénieur s’oblige à garder de bonnes habitudes concernant ses heures de sommeil : “Je pense que c’est important de garder une bonne hygiène de vie et de ne pas se négliger”. Très organisé et amoureux des plannings, il programme ses journées, tout en profitant d’être à la maison pour travailler lorsqu’il sait être le plus productif, ce qui ne correspond pas forcément à des horaires de cours classiques. “Je travaille quand je le veux et je suis bien plus efficace. Et je me divertis aussi quand je veux !”.

S’il préférerait, comme tout le monde, pouvoir reprendre une vie normale, Quentin a conscience de sa chance d’avoir de l’espace, et de ne pas être confiné seul ! Mais il maintient également le lien avec ses amis via les plateformes et applications dédiées : “Ça fait du bien d’être en contact vocalement et visuellement”. Il nous affirme ainsi ne pas se sentir coupé du monde, rendant le confinement bien plus supportable. Il profite également de son temps libre pour reprendre des activités parfois délaissées : “Je redécouvre la lecture, le dessin, et ma guitare abandonnée depuis bien trop longtemps.”

Maintenir le lien avec un tournoi !

Très impliqué dans la vie de l’école, Quentin était notamment le secrétaire du BDE 2019-2020, dont le mandat vient tout juste de s’achever. Cependant, le confinement lui a donné l’occasion de finir sa mission de façon originale !

Le BDE, ainsi que les responsables des différentes cellules et clubs de Polytech, ont réfléchi ensemble pour créer une activité, afin de rapprocher et d’occuper les étudiant·e·s, malgré la distance. “Notre but étant de recréer du lien et de donner à voir l’image d’une école soudée à travers la crise, et de casser la monotonie du confinement pour ceux qui vivent seuls ou loin de leurs amis”. Leurs brainstormings ont aboutis à un tournoi. L’idée faisant son chemin, il fallait trouver un thème, et c’est là qu’Harry Potter s’est invité : “C’est un univers relativement universel, qu’une grande majorité des étudiant·e·s connaît et apprécie”. Ainsi est né le Tournoi des Sorciers !

Comme dans la célèbre école de sorcellerie, les étudiant·e·s se sont répartis dans quatre maisons, formant ainsi quatre équipes. Quatre… plus une, l’Administère de la magie ! En effet, une équipe supplémentaire a été créée, regroupant les membres de l’administration et enseignant·e·s de l’école qui souhaitaient participer ! Intégrer le personnel de Polytech était important pour les organisateurs, resserrant ainsi les liens avec les élèves, mais pas que : “C’était surtout amusant, et un pari audacieux que de leur proposer que de se joindre à nous sur ce tournoi. En effet, en utilisant Facebook et en proposant des défis parfois un peu originaux, nous avions peur que cela freine les membres de l’administration et les enseignant.e.s. Néanmoins, nous avons été agréablement surpris de les voir s’investir autant dans ce tournoi et nous faire confiance ! Les étudiants étaient ravis de voir le personnel de l’école participer.”

Chaque équipe s’est ensuite vu nommer un·e “préfet·e”, sorte de chef·fe d’équipe, faisant partie des organisateurs du tournois. Leur but était d’animer la conversation entre les étudiant·e·s, et de motiver les troupes sur la durée ! Car chaque semaine, pendant deux semaines, une liste de défis variés était proposée. Des défis manuels et sportifs au montages vidéos sophistiqués, en passant par la cuisine, l’écriture, le dessin, tout y passe ! De quoi permettre à chaque participant d’y trouver son compte. Pour chaque défi, il faut réaliser une photo ou une vidéo montrant sa réalisation, et la publier sur un groupe Facebook créé pour l’occasion. Ainsi, les points correspondants au défi étaient comptabilisés en faveur de la maison du participant.

Tournois – Défis culinaires / Référence à la saga Harry Potter
Tournois – Défis sportifs / Référence à la saga Harry Potter

 

Après deux semaines très riches, 2015 défis réalisés par plus de 300 étudiant·e·s et personnels, et 1255873 points cumulés par l’ensemble des équipes, c’est, contrairement à l’oeuvre de J. K. Rowling, l’équipe verte au serpent qui a remporté le tournoi ! Quand à l’Administère, il a su se hisser à la troisième place !

Pour Quentin, ce tournoi est une vraie réussite, mais ça n’a pas été de tout repos ! “Cela n’a pas pris tant de temps que cela à organiser. En revanche, cela a pris du temps à arbitrer et à gérer pendant le tournoi ! Entre les propositions des élèves qui dépassaient ce que nous avions prévus et nécessitaient une évolution des points, et la quantité importante de réalisations proposées par les étudiant·e·s, cela a été un moment fort en rebondissement ! Mon temps d’écran a doublé sur mon téléphone !”, nous dit-il en rigolant. Pour autant, lui et les autres organisateurs peuvent se sentir fiers, car cet événement très suivi a su fédérer tout une école pendant deux semaines autour d’une activité commune. ”Nous avons réussi notre objectif : briser la monotonie du confinement, rapprocher les élèves en créant du lien social et permettre à tout le monde de s’amuser et d’oublier un peu le climat d’anxiété général. Les gens ont extrêmement apprécié ce tournoi, nous avons reçu plus d’une vingtaine de retours positifs spontanés ! Nous sommes très satisfaits de ce tournoi et nous remercions du fond du cœur les élèves qui ont participé et le personnel de l’école sans qui rien de cela n’aurait été possible.”

Une belle prouesse, chaleureusement saluée par Céline DARIE, directrice de Polytech Grenoble, qui participait également au tournoi : “Vous nous avez fait vivre 15 jours ailleurs et très sympathiques. Réfléchir aux défis, regarder sa maison différemment, traquer l’objet qui pourra être utilisé, tester des recettes… ça nous manque maintenant… Merci !”

Un succès, et une belle façon d’achever son mandat pour Quentin, qui a tout de même hâte de pouvoir de nouveau sortir, se déplacer et retrouver ses amis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.