Un jour, un·e confiné·e : Carla, étudiante en GGC 3

Après déjà 6 semaines de confinement, la vie des étudiant·e·s s’est adaptée. Comment s’organisent leurs journées ? Quelles sont les difficultés rencontrées ? Nous sommes parti·e·s à leur rencontre, à distance !

C’est dans son village natal de Saint-Cyr-sur-le-Rhône, à moins d’une demi-heure de Lyon, que Carla a décidé de passer ces longues semaines de confinement. En compagnie de sa petite sœur et de leurs parents, elle profite de la grande maison familiale et de son jardin qui donne sur la campagne. Un cadre bucolique donc dans lequel l’étudiante de GGC va terminer sa première année en cycle ingénieur.

Cours à domicile et sorties dans le jardin

Malgré la situation un peu confuse des premières semaines de confinement, Carla félicite “les délégués très efficaces” de sa classe grâce à qui l’enseignement à distance a pu démarrer très tôt avec le minimum d’accrocs. Les professeur.e.s ont rejoint le groupe Discord spécialement créé pour l’occasion et le rythme a repris comme si rien n’avait changé… ou presque. “Toutes nos sorties sur le terrain ont également été supprimées…” déplore-t-elle, mais heureusement, l’Apprentissage Par Projets, matière pluridisciplinaire qu’elle apprécie particulièrement, n’a pas entièrement été impactée par la situation : Les journées se déroulent telles qu’elles auraient été si on avait été en cours… Avec le confort de la maison en plus !”

Le rythme de travail est malgré tout resté soutenu avant les vacances et l’étudiante vivait des journées remplies de 8h à 23h, en raison notamment des nombreux travaux de groupe et des échéances de projets qui se rapprochaient toujours plus. Malgré un planning qu’elle avoue avoir du mal à tenir alors qu’elle l’a elle-même concocté, Carla nous confie qu’elle se sent plus efficace dans son travail. “Je travaille à mon rythme et je comprends mieux ce que je fais. En cours, je ne faisais qu’écrire et j’étais donc obligée de reprendre toutes mes notes pour les comprendre. Là, je fais les deux en même temps !” Si Carla a décidé de garder un rythme de travail durant sa semaine de vacances, profitant de ne pas avoir de devoirs trop chronophages à rendre, elle appréhende la rentrée : J’ai peur de ne plus avoir autant de motivation qu’au début du confinement.”

En tant qu’étudiante en 3ème année en GGC, Carla devait effectuer un stage de six semaines minimum à la fin de l’année scolaire. A la place, des heures de cours supplémentaires seront ajoutées au programme de cette fin d’année scolaire. Mais je reste disponible aux mois de juillet et août ! Cette expérience professionnelle, elle est importante pour moi !” nous dit-elle. Quant aux examens, qui risquent de se dérouler dans une situation inédite, l’angoisse est présente mais pas plus importante que d’habitude : “Ça ne pourra pas être pire !”

Un train de vie rempli mais compartimenté

Carla l’a bien compris, pour ne pas perdre pied durant cette période des plus particulières, il est important de définir les limites de son espace de travail pour ne pas le laisser empiéter sur les moments de détente, et vice-versa. Elle a installé son bureau dans la chambre de ses parents et dès qu’elle s’y assoit, c’est uniquement pour travailler, “avec deux exceptions, j’ai dû y manger deux midis parce que je n’avais pas du tout le temps !”

Aussi, quand elle peut profiter d’un peu de temps libre – merci Papa et Maman pour la cuisine et le ménage ! -, l’étudiante s’évade, appréciant le fait d’être confinée à la campagne. Et ces sorties lui permettent de ne pas trop culpabiliser sur sa tendance à repousser ses séances de sport toujours au lendemain… “Je voulais me faire un programme quotidien et sortir du confinement musclée comme jamais mais bon… Au moins, je vais marcher et j’emprunte les pentes !”. L’évasion se fait aussi devant l’écran puisque Carla s’adonne à une activité qu’elle n’a pas le temps de pratiquer habituellement et qui semble être un effet de mode depuis quelques semaines : regarder des séries. “J’ai commencé Elite et je suis super contente !”.

Elle s’est également mise à la calligraphie afin de travailler sur les visuels de son bullet journal qui, elle se le promet, sera au niveau de ceux qu’elle observe sur les réseaux sociaux. Et la créativité s’est aussi invitée dans la cuisine : “Ma mère a décidé de nous cuisiner des navets… Mais avec ma sœur, on en avait un peu marre des navets bouillis, alors on a organisé un repas thématique sur ce légume qu’on a décliné sous différentes formes : revenu à la poêle dans du beurre, en crème avec des noisettes du jardin et même en chips !”. D’ailleurs Carla, j’attends toujours les recettes !

Un avant-goût des vacances d’été

Contrairement à certain.e.s de ses camarades, Carla n’a pas l’impression d’avoir été enfermée par le confinement “dans le sens où je me sens bien dans cette situation, autant que si nous n’avions pas été obligé.e.s de rester chez nous”. Elle s’adapte parfaitement à la situation, qui a tendance à lui rappeler ses années de lycée, notamment en raison du fait qu’elle habite de nouveau dans la maison familiale. “J’ai toujours énormément travaillé le week-end parce que j’ai du mal à le faire seule” nous explique-t-elle “et donc je profite de la présence de mon père qui m’aide dans mes cours. Je suis certaine qu’il est capable de passer tous mes partiels, Polytech devrait lui décerner un diplôme également !”

La distanciation sociale ne lui pèse pas et elle n’a pas l’impression d’être coupée du monde. “Chez moi, j’ai ma petite vie, mes petites habitudes, je discute des heures et des heures avec ma sœur.” Bien sûr, elle garde le contacte avec ses ami.e.s par messages interposés, mais ne participe pas aux apéro-visios qui font fureur en ce moment. “Je sais que mes ami.e.s en organisent souvent, mais ce n’est jamais à des horaires qui me conviennent… Et puis, c’est comme les vacances d’été, je verrai mes potes à la rentrée !”

Pourtant, elle a déjà planifié sa première activité post-confinement : un rendez-vous à quatre avec sa sœur et leurs deux meilleures amies d’enfance, une manière de renouer les liens avec bonheur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.