Projet Yitus : késako ?

Le projet Yitus, que cela peut-il bien signifier ? Est-ce un projet top secret ? Une conquête spatiale ? Son nom ne vous évoque peut-être rien, et pourtant, il est destiné à aider de nombreuses personnes.

Logo du projet                     Yitus

L’épidémie que nous traversons a nécessité la fermeture des établissements scolaires, et a laissé place à l’enseignement à distance. Celui-ci nécessite d’être poursuivi tout au long de cette période, et bien au-delà. Cependant, de nombreuses difficultés peuvent se heurter à cette scolarité à distance. C’est ainsi que durant cette période, un système de soutien scolaire a été mis en place afin d’épauler ces lycéens, parents ou enseignants.

Qui sont les acteurs de ce projet ?

Ce projet a tout d’abord, permis de lier le Lycée des Eaux-Claires de Grenoble, avec notre école d’Ingénieurs qui est Polytech Grenoble.

Les lycéens vont pouvoir demander de l’aide à des étudiants de Polytech Grenoble (tuteurs) sur les matières telles que les mathématiques, la physique, la chimie, l’informatique et l’anglais, mais également sur l’orientation scolaire.

Pour cela, les tuteurs sont aidés de référents, également étudiants à Polytech Grenoble. Ils sont uniques par matière, et en contact avec l’enseignant correspondant. Leurs échanges permettent de connaître les sujets des cours traités ainsi que les exercices, mais aussi de pouvoir partager ensemble les difficultés rencontrées.

Page d’accueil de l’application – Yitus

 

Pour permettre ce contact élève-tuteur, de nombreux étudiants se sont impliqués avec l’aide d’enseignants, dans la conception de deux outils permettant ce lien : le site www.yitus.fr et l’application Yitus (disponible sur Android, et prochainement sur Apple).

 

Comment cela fonctionne-t-il ? 

Page d’affichage des demandes d’élèves – Yitus

Un élève a besoin d’aide, d’une information ou d’explications d’une notion ? Celui-ci se connecte au site internet ou à l’application dédiée. Il indique sa matière et  formule un résumé de son besoin. Les tuteurs de cette matière sont alors informés d’une demande d’aide, accompagnée de son résumé. Si un tuteur est disponible, il va pouvoir répondre rapidement à l’élève, par le biais d’une plateforme de visioconférence (Jitsi), communiquée lorsqu’il aura accepté la demande d’aide. Il ne leur reste plus qu’à travailler !

 

Cette solution d’aide et de soutien scolaire permet déjà à de nombreux lycéens d’être aidés, et cela rapidement. De plus, les tuteurs de Polytech Grenoble ont été également rejoints par d’autres étudiants de l’INP Grenoble. Ce projet promet donc une belle solidarité entre lycéens, parents, professeurs et étudiants.

A TIS Student getting involved in the children refugees lives’ in Lebanon

This summer, Sixtine T. will go to Lebanon with an association named “SOS chrétiens d’Orient”. This association is meant to help Christian populations which are persecuted in Middle East. It is active in Lebanon but also in Syria, Iraq, Egypt, Jordan and Armenia. She started by taking steps to get involved with them because she valued their project. Using profile and personality tests, they decided to send her to Lebanon, where she will be the most useful.

“ – What will you do in Lebanon?

– I will have a lot of propositions like organize and participate to summer camps for Iraqi and Syrian children who are refugees in Lebanon. They are a lot (~18% of the people living in Lebanon). I might be doing French or English classrooms for the adults. I will also visit needy people: elderly, disabled, precarious, in reintegration or in prison, etc. Another aspect is to help manage donations as the association also provides emergency aid and helps reviving the local economy. As an example, last year they helped to grow a vine as there is Lebanese wine. I will probably work there. In short, there is a lot to do. The association is present in Beirut but also in Tripoli, Al Qaa, a northern city next to the Syrian border and Rmeish, next to the Israeli border.

I will be gone for 2 months. My whole humanitarian summer! It won’t really be a vacation time, as there is no break in humanitarian trips. I won’t work from Monday to Friday but from Monday to … Sunday. In this service, it is said that we have 1 week end off in the month to do tourism, walks, to relax and do cool activities with the others volunteers in Lebanon, but I will see the country and discover the culture during my mission. I’m very happy to leave!

Political map of Lebanon

– When did you decide to go and why?

– It’s been a while since I wanted to participate in a humanitarian project. Since middle School I guess. I was wondering when would I have the opportunity, if I would have to take a gap year or not, etc. I really had a lot of questions. At the beginning of my school year in Polytech Grenoble, I discovered that, as I already did last year, my internship was already valid. I realized that I had a 2-month vacation time so that it was the occasion to do something I wanted to live. From the start of the year, I talked about it to my parents and started my researches for an association I could go with. I had to think of what I wanted to do and where I wanted to travel. As a matter of fact, I wanted to go alone (to work with new people and without any of my friends), and in a foreign country.

Humanitarian aid is something you can start where you live. As an example, in Grenoble, there are a lot of poor people in the streets that requires help. The thing is, what I needed was a personal experience while leaving my home and my loved ones for a time abroad, to get to see and help local populations.  As a Christian, I’m affected to see these populations getting persecuted because of their beliefs. I wanted to see and to live with them in order to understand better, in another way than using media. It is also an opportunity to bring a concrete help with whom I am. In fact, I am not rich but I can give them my time. I know that when I’ll get back from Lebanon, I will have personally grown a lot even if I know what I’ll bring them will be ridiculous. Finally, if I can make them smile, forget their daily life for a while, help educate a few ones and offer them some holidays, I would be happy with that. I know this is what I can bring in my own little way. I believe that providing help up to one’s capabilities and being able to live a strong personal experience as this one is necessary to build oneself.

During the school year, we saw Sixtine getting prepared for her trip as they have to get informed on the country’s situation. They also need to know the places they are willing to help: it’s geography and tense situation. They must understand political principles and the population’s situation of the people they will help. She found it very interesting!

 This preparation time is meant to keep them safe while they will be in the villages and to give them the best tools to provide the best help they can to populations they will visit.

“- How many volunteers will be with you?

-I don’t know yet. For now, there are approximately 50 volunteers who stay in their affiliated country during the whole year (16 in Lebanon) but in the summer, a lot of students or young adults swell the ranks. There were some training sessions in Lyon for the potential volunteers to inform them and introduce them to head of mission or some old volunteers. Before you go, you have to know the mission well. I met a few potential fellows in Lyon but they might be sent in Egypt or Syria instead.

My case officer says we will be plenty in Lebanon as there are multiple things to do and they need many people to organize these summer camps for refugee children. The amount of volunteers in Lebanon depends on how many people will volunteer as this volunteership is not insignificant. As you can imagine, it is meaningful to go in Lebanon to help Christian persecuted populations while you are yourself Christian. Even if all securities conditions are respected, the trip is still a little dangerous. In Lebanon, I guess we will be around 30 volunteers or more. “

If you’re hesitating to go on a humanitarian journey, you have to ask yourself the right questions. It will surely be an amazing experience which you might not be able to live many times again. Nevertheless, you need to be ready and to know what you’re capable of. For example, if you are depressed or very afraid of blood it might not be the best idea to go and help in hospitals. You need to question yourself on what experience could suit you the most, or which one could make you grow the most. Do you need to go abroad or do you feel you have to stay where you are? Should you get involved alone, with your companion or with a friend?

Remember that helping others is something you can start in your local sphere, while getting out of work or walking in the streets. Leaving for a trip requires another involvement, if you really want to live something special. In a conclusion, I would say that if you’re hesitating, you won’t regret the journey.

Semestre à l’étranger : Une expérience convenable à tous ?

Les départs à l’étranger à Polytech Grenoble et dans tout le réseau sont assez courants. En effet, toutes les écoles d’ingénieurs sont fortement incitées à rendre des expériences à l’étranger obligatoires dans le cadre de la scolarité. Bien que ce ne soit pas une contrainte officielle de la CTI, beaucoup d’écoles observent cette recommandation et la rende obligatoire dans le règlement des études de leurs filières. Cependant, la plupart des étudiants choisissent de partir en stage à l’étranger ou en woofing plutôt que d’effectuer des études à l’étranger. Un contraste important causé par la peur des étudiants d’être confronté à plus de difficultés en partant en semestre à l’étranger.

Axel est un étudiant en TIS 5 qui est parti à l’Université de Montréal (UDEM), au Canada, grâce au programme TASSEP. Avec lui, nous allons découvrir comment se passe un semestre d’études à l’étranger et essayer de briser le mythe d’une sur-complexité administrative lorsqu’on étudie dans un autre pays.

Premier argument ? Le programme TASSEP, qui est un programme réputé pour être difficile d’accès pour les étudiants de Polytech, Alex y est rentré malgré tout et comme il l’assure : « Il faut toujours tenter car qui ne tente rien n’a rien. » En effet, quand on est l’un des seuls à oser, beaucoup plus d’opportunités s’offrent à nous. On comprend, certes, la paresse des élèves devant le dossier à compléter pour effectuer une demande : un dossier doit d’abord être déposé au bureau des Relations Internationales, et un autre (plus complet) doit être soumis en ligne à l’UGA. Dans ce dossier, sont demandés le CV et les relevés de notes, entres autres, mais plus particulièrement le projet de motivation et une réflexion budgétaire.

Liste des documents à déposer aux RI de Polytech Grenoble

Comment as-tu établi ton projet et ta lettre de motivation ?

« Mon projet est venu au fil des années : j’ai toujours été intéressé par l’informatique et j’ai acquis des connaissances en santé depuis que je suis arrivé en TIS. Je n’étais pas sûr de ce que je voulais faire mais j’étais intéressé par les nouvelles technologies. Je souhaiterais allier la réalité virtuelle avec la santé et le domaine des jeux vidéos. Quand je me suis rendu au RI et que j’ai eu une réunion avec mes responsables de filières ils m’ont tout de suite soutenu. Et c’est à l’UDEM que mon aspiration s’est concrétisée. »

Une fois le projet défini, il suffit juste de rédiger la lettre de motivation (en s‘appuyant sur un modèle si besoin), et d’y coucher ses motivations.

Et comment établir un budget pour une situation qui nous est complètement inconnue?

Cela nécessite beaucoup d’organisation et de prévisions. J’ai eu la chance de pouvoir faire mon stage de TIS 4 (qu’on nous conseille de faire à l’étranger) en Belgique avant de me rendre au Québec. Cela m’a aidé car je n’ai pas eu à faire beaucoup de dépenses là-bas. Je pense que pour tous les types de budget, il faut réfléchir à notre motivation et à combien on est prêt à mettre dans ce projet. Il faut aussi être débrouillard et chercher des bonnes affaires, même si l’aspect qualité/prix est important. Par exemple, quand nous sommes arrivés à Montréal avec mon ami, nous avons booké un Airbnb pour avoir le temps de chercher un appartement pour le semestre. Le problème c’est que bien que le prix était accessible, on s’est retrouvé dans un Airbnb avec des punaises de lit et des cafards.

Au final, Axel et son ami ont dû choisir un appartement coûtant 600€ par personne et par mois, ce qui est bien plus cher que le prix moyen d’un appartement en colocation à Grenoble. La chose à retenir c’est qu’il ne faut pas hésiter à allouer un plus grand budget car le confort au cours d’un semestre de trois ou quatre mois n’est pas à négliger. Certains étudiants boursiers peuvent s’inquiéter de cela mais Axel l’étant lui-même soutient que : « Bien que je sois boursier à un petit échelon, les aides rendent la concrétisation de notre projet possible. En plus de la bourse du CROUS, je recevais la Bourse Régionale de Mobilité Internationale (BRMI) et l’Aide à la Mobilité Internationale (AMI). »

Quelles difficultés as-tu rencontrées au cours de toutes ces étapes administratives ?

« Au niveau du plan administratif, vu que je suis parti au Canada pour des études de moins de 6 mois, j’ai juste eu à faire une demande d’AVE, qui coûte vraiment peu cher. Un formulaire est nécessaire au Québec qu’il faut transmettre à la RAMQ ; il est obtenu auprès de la caisse primaire d’assurance maladie et permet d’être couvert au Québec en gardant son affiliation en France. La seule petite difficulté que j’ai rencontré était de respecter le délai imposé pour constituer mon dossier pour les RI et l’UGA. »

Dans la plupart des pays, le passeport français accorde l’extrême chance de ne pas avoir à demander un visa d’études ou de séjour si on reste pour une courte période (de moins de 6 mois en général). Cela permet de diminuer les démarches administratives et de faciliter le délai entre l’acceptation de l’université et le moment où on peut acheter son billet, ce qui est bien sûr un plus pour le budget. Pour le Canada, l’AVE se demande en ligne et est accordée en moins de 72h. Axel a même pu la faire depuis la Belgique pendant son stage de TIS 4.

Montréal de nuit ©Free-Photos sur le site Pixabay

Comment as-tu été accueilli à l’UDEM ?

« A l’arrivée j’ai été intégré dans un programme de parrainage comme les autres étudiants. Mon parrain m’a fait découvrir l’université et la ville. Le seul point déstabilisant était de me retrouver dans un campus immense mais j’avais planifié d’arriver avec de l’avance pour prendre mes repères. »

L’arrivée à l’université se passe comme prévu quand on a de la chance. Ce qui change souvent, néanmoins, est le programme de cours choisi lorsqu’on avait déposé le dossier aux RI. En effet, ils arrivent que certains cours soient supprimés ou qu’ils excluent les étudiants en échange d’une année sur l’autre.

Quels sont les avantages qui t’ont poussé à étudier à l’étranger ?

« Pour moi le principal avantage est de découvrir une nouvelle culture. J’ai pu sortir de chez moi et concevoir une nouvelle manière d’aborder l’enseignement et l’apprentissage des cours. D’abord, à l’UDEM on avait un choix bien plus large de matières (malgré quelques restrictions) qu’en France. Les cours ne sont pas imposés comme dans le système universitaire français où le choix est très réduit. Là-bas, il y a aussi plus de flexibilité : les étudiants peuvent tester un cours et s’il ne leur plait vraiment pas, ils peuvent le lâcher ou changer de voie. »

Le plus surprenant à l’arrivée dans un nouveau pays est la différence avec le système d’enseignement français. Cela diffère grandement selon la région géographique mais en général on tombe sur un système plus souple où la relation étudiant-professeur est moins formelle. Dans toutes les matières qu’il a eues, Axel raconte que les professeurs sont vraiment présents et ludiques, et qu’ils s’assurent qu’on comprend tout.

Il est plus facile de suivre des cours en français mais dans tous les cas, il ne faut pas hésiter à se présenter à chaque professeur au début du cours, de lui signaler qu’on est étudiant en échange (même si vous ne serez probablement pas le seul), d’autant plus si le cours n’est pas enseigné en français ou en anglais. De cette manière, le professeur s’adaptera de manière à ce que vous compreniez bien l’ensemble du cours et il essaiera sûrement de parler plus lentement.

Il faudra aussi adapter sa propre attitude. Selon Axel, les étudiants québécois sont différents des étudiants français : « Ils ne sont pas désinvoltes comme on l’est un peu en France. Comme on peut assister aux matières qu’on choisit, tout le monde est automatiquement plus intéressé. » Tout comme les professeurs québécois qui sont d’après lui des personnes motivées qui cherchent surtout à transmettre leur vision des choses et leur goût d’apprendre, et qu’il est possible de passer voir dans leur bureau. « Là-bas, les devoirs servent à noter le travail, mais aussi à comprendre et vérifier qu’on a bien compris le cours. La date de l’examen est fixée pour qu’élève réussisse. »

Si tout était à refaire que changerais-tu ou améliorerais ?

« Les Airbnb : j’essaierais de chercher un appart dès l’arrivée. Sinon pas grand-chose. »

Les professeurs de Polytech gardent-ils contact avec toi durant le semestre ?

« Les profs te tiennent au courant des événements et des choses à faire, mais avec le décalage horaire (même s’ils essaient de le prendre en compte) ça rend parfois difficile d’allier les contacts avec les deux universités. »

Comment as-tu organisé ton retour en France en ce qui concerne l’appartement, le décalage horaire, etc. ?

Pour le retour en France, j’ai eu de la chance car le semestre UDEM se finit le 23 décembre alors que celui de Polytech se finit autour de mi-janvier. J’ai eu le temps pour me remettre à l’heure française, passer fêtes avec ma famille, et trouver un appartement. Cela a été un peu difficile car les propriétaires louent rarement pour 2 mois, mais j’insiste sur la nécessité d’être un peu débrouillard pour ce type de projet. »

Après une telle expérience, il est certain que vous reviendrez tous avec une plus grande indépendance et en étant plus dégourdi.

Quels conseils donnerais-tu aux futurs étudiants qui souhaitent partir en semestre ?

« De mettre leur appart en sous-location si possible. Et sinon d’oser même si les probabilités d’être sélectionné sont faibles. »

Le fait qu’Axel ne changerait rien à l’expérience qu’il a vécu, c’est la preuve qu’une telle expérience en vaut la peine. Tout ce qu’il faut pour réussir son séjour, c’est partir avec les bonnes clés en main.

Implant files : scandale ou surréaction ?

Vous avez certainement tous entendu parler du scandale du “filet de mandarine” qui aurait réussi à obtenir un marquage CE en tant que dispositif médical. Ce scandale a positionné le monde du dispositif médical au centre de toutes les attentions, notamment concernant les procédures réglementaires pour la mise sur le marché de tels dispositifs.

Dans l’article suivant, des étudiants ingénieurs en Technologies de l’Information pour la Santé de Polytech Grenoble ont analysé dans le détail cet événement afin d’apporter des éléments de réponses pertinents à la question : ce scandale est-il justifié et quelles sont les réelles procédures de mise sur le marché d’un dispositif médical ?

Les étudiants se sont appuyés sur la réaction d’un pharmacien sur son blog “La Coupe d’Hygie” où il a écrit “Le (faux ?) scandale des dispositifs médicaux”, en reprenant l’ensemble des points pouvant être commentés à propos de l’obtention du marquage CE du filet de mandarines.

L’article comprend une première partie dans laquelle le contexte est expliqué plus en détail. La deuxième partie concerne la procédure de marquage CE et la troisième partie présente une critique du système actuel de réglementation des dispositifs médicaux.

Pour voir l’article complet, consultez le fichier ci-joint :

[PDF] ImplantFiles : Lire l’article complet

Si vous souhaitez vérifier votre compréhension du sujet, vous pouvez faire un quiz ici : https://goo.gl/forms/rbOtFee3FyRroQaf1

De la programmation pour les élèves de primaire !

Et si la programmation était une vocation qu’il faut nourrir très tôt ? 6 élèves de IESE de Polytech Grenoble tentent en tout cas d’y faire prendre goût les élèves dès l’école primaire !

Camille LANGRAND en IESE4, ainsi que Nicolas RAIMBEAUD, Fares MEZDOUR, Paul DE MORTAIN, Esteban CATTÉ, et Tristan BRANJEAN, tous les 5 étudiants en IESE3, travaillent sur une mallette pédagogique. L’objectif est d’initier les élèves de primaire à la robotique et à la programmation informatique.

Le projet, qui a vu le jour l’année dernière, a déjà donné naissance à 3 robots fabriqués à partir d’une carte Arduino. Depuis Octobre 2018, nos 6 élèves-ingénieurs animent chaque semaine des séances de travail dans des classes de CM1/CM2. En 2 séances d’1h30 par classe, sur 2 semaines, ils font découvrir aux jeunes élèves les bases de la programmation informatique par le biais d’exercices avec un langage très simple et visuel : Scratch. Les enfants découvrent également les robots et des capteurs, puis réalisent un petit programme qui est ensuite testé directement sur le robot ! Ainsi, il est possible d’apprécier presque immédiatement les résultats du code sur les robots en mouvement !

S’investissant dans cette activité sur leur temps libre, nos élèves de IESE nous expliquent que le plus important pour eux, c’est de pouvoir transmettre quelque chose à une génération plus jeune. Le projet mélange ainsi l’électronique et l’informatique, la conception et l’amélioration des robots, mais surtout la communication et la pédagogie. Une expérience enrichissante pour tout le monde !